11 mars 2020

Gouverner Marseille : une enquête sur les mondes politiques marseillais

Michel Péraldi
Anthropologue, sociologue,
directeur de recherches au CNRS

En un demi-siècle, Marseille a connu des bouleversements sociaux, économiques, culturels et urbains majeurs. Dans ces tourmentes, et en contraste avec sa réputation de ville rebelle, renommée pour la violence de ses affrontements électoraux, Marseille n’a pourtant eu que trois maires (Defferre, Vigouroux, Gaudin), tous issus du même moule politique et social formé après la guerre par Gaston Defferre.
A partir de ce constat, pour expliquer les fonctionnements politiques à Marseille une étude magistrale a été menée sur les structures essentielles sur lesquelles repose la société locale.
Du point de vue de la classe politique, il est à noter, et c’est une particularité marseillaise, la forte présence de dynasties familiales d’élus d’extraction sociale souvent modeste.
Du point de vue de l’électorat, on compte 869 994 habitants à Marseille, une population qui rajeunit fortement avec un indice de vieillissement de 1 personne de 65 ans ou plus pour 75 habitants de moins de 20 ans. Or, la démobilisation des citoyens se traduit en termes d’abstention mais aussi de non inscription sur les listes électorales.
Du point de vue des acteurs du théâtre politique local sont visés en particulier, les entrepreneurs et industriels liés au Port ou au B.T.P., les nouveaux spéculateurs de la « movida » immobilière marseillaise, représentants de l’Etat, supporters de l’O.M., syndicalistes, leaders religieux et communautaires, …
Pour nous éclairer sur ce sujet, le Café d’Histoire a fait appel à Michel Péraldi, anthropologue, directeur de recherche émérite, IRIS, CNRS et EHESS.
Michel Péraldi est l’auteur avec Michel Samson (correspondant du Journal Le Monde à Marseille) d’ un ouvrage intitulé « Gouverner Marseille, enquête sur les mondes politiques marseillais », intitulé que nous avons emprunté pour notre Café.
Un autre ouvrage, des mêmes auteurs, complète parfaitement cette étude « Marseille en résistances, fin de règnes et luttes urbaines ».