12 octobre 2016

Pour une nouvelle histoire de France ?

avec Dominique Borne

Un constat : les histoires de France, celle qui croyait au destin providentiel de la France des Rois comme celle qui racontait l’assomption de la nation et prédisait des avenirs radieux, sont usées, périmées. La société française, longtemps bercée par les refrains patriotiques, ne se reconnaît plus dans les vieilles images, et les Français doutent que la France, prise dans les évolutions européennes et mondiales ait encore un destin – et donc une histoire – autonome.

Et pourtant si elle veut imaginer un avenir, si elle souhaite déployer un projet, la France a besoin d’une histoire. Mais d’une histoire dont les éléments du récit et l’écriture elle-même seraient profondément transformés. L’histoire qu’il faut écrire n’est plus une histoire sainte, le récit qu’elle met en scène est pluraliste et discontinu, il est tissé avec l’histoire de l’Europe et du monde, il fait « entrer en histoire » toutes les composantes de la société française. Tous ceux qui, aujourd’hui, se sentent exclus.

L’entreprise suppose une nouvelle approche des traces documentaires et des paysages, une attention plus grande aux événements qui constituent progressivement un patrimoine, une nouvelle définition du saint et du héros. Il faudrait, en somme, écrire une histoire plurielle et critique, une histoire où chacun se sentirait à la fois libre de ses appartenances et partie prenante d’un destin commun.

Pour nous aider à explorer cette nouvelle histoire de France, le café d’Histoire d’Aix ouvre sa saison 2016-2017 en accueillant Dominique Borne. Historien, longtemps professeur de khâgne au lycée Henri IV, Dominique Borne a rejoint ensuite l’Inspection Générale de l’Education Nationale dont il a présidé les travaux en tant que Doyen.