20 avril 2016

Le génocide des Arméniens, le temps de la délivrance

avec Gaidz Minassian

Cent ans après le génocide des Arméniens, jamais le débat autour de cette tragédie n’a été aussi vif que ces dernières années. Pourquoi cette question suscite-t-elle tant de passions ?
Par dizaines dans le monde, les publications sur ce drame sans précédent ont rafraîchi son historiographie et replacé le génocide dans l’histoire de la Première guerre mondiale.

Comment se définit ce nouveau regard des historiens dont la force ébranle l’édifice de la mémoire du génocide chez les Arméniens ?
S’affranchir de cette mémoire, se délivrer du poids du passé et devenir le sujet de son propre destin, tels sont les enjeux actuels du peuple arménien.

Plus globalement, les crises du Proche-Orient en 2016 font écho à l’effondrement de l’Empire ottoman au cours duquel ce crime de génocide s’est déroulé.
Comment à partir d’une historiographie renouvelée et des convulsions du Proche-Orient, peut-on relancer l’idée de paix dans toute la région des Balkans au Caucase ?

C’est pour répondre à ces questions que le Café d’Histoire d’Aix a le plaisir de recevoir Gaïdz Minassian, journaliste au Monde, enseignant à Sciences Po Paris et docteur en sciences politiques. Gaidz Minassian est l’auteur de nombreux ouvrages sur la question dont deux parus en 2015 Le rêve brisé des Arméniens chez Flammarion dans la collection “Au Fil de l’Histoire” et Arméniens, le temps de la délivrance aux Éditions du CNRS, titre que nous avons repris comme thème de ce Café d’Histoire.