15 janvier 2020

Les juifs et la citoyenneté,
une conquête inachevée ?
Histoire d’une transmission familiale

Mireille Provansal
Professeure agrégée

Le Café d’Histoire d’Aix a choisi de débuter l’année 2020 en invitant Mireille Provansal, qui se propose d’aborder le thème de la relation entre judéité et citoyenneté dans le contexte historique des deux siècles passés. Au prisme d’abondantes archives, elle suit et discute la lente conquête de la citoyenneté par une famille juive lorraine, depuis le ghetto de Metz, l’émancipation accordée par la Révolution française, l’expérience de l’exil en 1870 jusqu’à l’Affaire Dreyfus et la Résistance. Intégrés ou assimilés, juifs français ou Français israélites ? La communauté initiale évolue sous les différents régimes politiques et dans les vécus individuels. Si la passion patriotique reste une constante majeure, la judéité se masque sous le conformisme social ou s’affirme par le renfermement sur la famille et la religion, la fierté ou la haine de soi face à l’antisémitisme. A partir de l’Affaire Dreyfus, elle prend la forme d’un engagement idéologique et social très marqué à gauche. Il ne subsistera alors qu’une forme d’intranquillité. La donnée micro-historique nourrit ici une réflexion sur la transmission et l’altérité, dans une société qui se laïcise et se modernise. Elle rejoint évidemment des questions d’actualités.

Professeur à l’Université d’Aix-Marseille, Mireille Provansal a publié en 2018 Du ghetto au Maquis, ed. Ovadia, coll. Histoire et destinées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *