21 mars 2018

La Chine : les routes de la soie, de Han Wudi
à Xi Jinping

avec Paul Stouder

L’expression « route de la soie » ne date que de 1877, date à laquelle le géographe et géologue allemand Ferdinand von Richthofen nomme Seidenstrasse le réseau des voies commerciales qui parcouraient l’Asie depuis des millénaires. La formule a cristallisé une série de représentations mythiques fortement réductrices de réalités complexes. Produit de grande valeur, à l’origine mystérieuse, la soie a fasciné les élites de tous les temps. Mais les échanges à travers l’Asie centrale ne se limitaient pas à l’exportation du précieux tissu par la Chine vers l’Occident ; ils portaient aussi sur d’autres produits rares, provenant notamnent de la Perse et de l’Inde, qui parcouraient les chemins en sens inverse. Il n’y a en effet jamais eu de route unique mais différents itinéraires qui reliaient la Chine à la Méditerranée orientale et au sous-continent indien. On fera observer que ce sont les marchandises qui circulaient d’un bout à l’autre du parcours, les hommes et leurs caravanes se relayant le long des routes de la soie. Ainsi, aucun marchand chinois n’a parcouru l’Empire romain, aucun Romain n’a jamais été en Chine, sauf peut-être des Syriens de Palmyre.
Mais les hommes ne circulent pas seulement avec leurs marchandises ; ils amènent avec eux leurs savoir-faire et leurs idées. Tandis que les religions de l’Asie de l’Ouest et du Sud, en particulier le bouddhisme, se répandaient en Chine, les peuples occidentaux empruntaient à l’empire du milieu ses techniques, notamment le papier, la poudre à canon, la boussole.
La route de la soie connaît un renouveau spectaculaire depuis l’ouverture par Xi Jinping d’une liaison ferroviaire entre la Chine et l’Europe occidentale en 2014. Parallèlement, la Chine participe à la construction d’une ceinture portuaire sur les côtes de l’Océan indien.

Paul Stouder, agrégé d’histoire, Inspecteur d’Académie/IPR honoraire à Rouen puis Versailles, est venu nous éclairer sur ce sujet, tant dans sa profondeur historique que dans ses aspects contemporains.