22 novembre 2017

Le cinéma soviétique, un cinéma révolutionnaire ?

avec Dominique CHANSEL

Le cinéma soviétique a vécu son âge d’or dès sa naissance entre 1924 et 1929, période d’une fécondité exceptionnelle, à laquelle nous devons plusieurs chefs-d’œuvre incontestés de l’histoire du cinéma.
Tout le monde a en mémoire les marins du Potemkine insurgés, les Gardes Rouges prenant d’assaut le Palais d’Hiver, les escaliers d’Odessa et le croiseur Aurora dans les films d’Eisenstein…Les charges des Cosaques et le massacre des manifestations ouvrières dans La mère de Poudovkine.
Le cinéma soviétique s’est ainsi révélé un formidable fabricant d’images, un créateur de mythologies fascinantes qui continuent encore à façonner notre imaginaire des Révolutions russes.
Mais, autant il serait naïf d’oublier l’aspect propagandiste des films de ce temps, autant il serait stupide de les réduire à leur message politique – d’ailleurs plus complexe qu’il n’y paraît. Le cinéma soviétique des années vingt, ce fut aussi un extraordinaire foisonnement de jeunes talents et d’idées neuves, de théories et de courants antagonistes, d’une diversité de ton étonnante, entre souffle épique, poésie lyrique et … sourires tendres ou sarcastiques, une parenthèse enchantée bénéficiant pour quelques années d’un véritable espace de liberté.
On redécouvre aujourd’hui la richesse et la variété de ce cinéma qui bouleversa les codes esthétiques et narratifs du 7ème Art et qui permet à l’observateur attentif d’entrevoir des aspects inattendus de la société soviétique en construction. Pour ce nouveau Café d’Histoire d’Aix nous retrouvons avec plaisir Dominique Chansel, un de nos plus fidèles intervenants qui nous permet de célébrer de façon originale le centenaire de la Révolution d’Octobre par le prisme du cinéma, lui aussi révolutionnaire ?