5 avril 2017

L’instrumentalisation de la laïcité

avec Laurence de Cock

Il est dans l’essence de la laïcité de véhiculer de la conflictualité. L’histoire de la laïcité scolaire d’abord, puis de la laïcité d’Etat en témoignent. Principe fondateur de l’école républicaine, la laïcité, conçue pour organiser paisiblement la co-présence des différentes identités par leur dépassement, se trouve aujourd’hui en prise avec de multiples instrumentalisations qui brouillent sa définition historique et témoignent des crispations quant à son adéquation à la période contemporaine. Transcendant les débats entre la droite et la gauche, les débats sur la laïcité la rappellent d’un côté à l’ordre dans sa mission de gardienne « anti-communautariste », tandis que d’un autre côté, on souligne son adaptabilité et son ouverture à la différence par un appel à la poursuite d’accommodements. Comment arriver à une « laïcité apaisée » ? Quel(s) projet(s) de société se concurrencent à travers les instrumentalisations multiples de ce principe républicain ?

Avec Laurence De Cock comme intervenante dans ce nouveau Café d’Histoire d’Aix nous tenterons de « détricoter » ces discours dont le registre s’apparente parfois à celui de la « guerre civile » et d’interroger les possibles lignes de fuite pour une société vraiment inclusive. Laurence de Cock, professeure d’histoire-géographie, Docteure en Sciences de l’éducation et chargée de cours en didactique de l’histoire vient pour la 3e fois à notre Café d’Histoire. Vous la connaissez sans doute pour l’avoir vue et entendue intervenir dans différents médias (France Culture ou France 2), lue dans Médiapart ou encore dans Aggiornamento un collectif d’Histoire-Géographie dont elle est à l’origine avec d’autres collègues enseignants. Avec elle nous tenterons de comprendre l’intérêt de déconstruire ce discours politico-historique et les enjeux idéologiques qu’il véhicule.