Le café du mois

15 mai 2019

Wahhabisme et Salafisme :
l’influence du théologien juriste Ibn Taymiyya (1263–1328) sur la pensée musulmane

Nadjet ZOUGGAR
Maître de conférence à Aix-Marseille Université

L’actualité ne cesse d’évoquer l’influence des courants les plus rigoristes de l’Islam dans la montée des violences. Mais le fondamentalisme musulman reste méconnu.
Le salafisme désigne un courant religieux relativement homogène qui s’est développé dans les milieux hanbalites, au sein de l’Islam sunnite, à partir du IXe siècle.
Aujourd’hui il existe différents courants se réclamant du salafisme. Leur principal point de convergence est une conception de Dieu issue d’une interprétation littéraliste du Coran. Les courants salafistes partagent également l’obligation de suivre l’exemple des pieux anciens (al-salaf al-salih), c’est à dire, les trois premières générations de musulmans.
Le wahhabisme est un courant religieux prêché par Muhammad Ibn Abd al-Wahhab (m. 1792) au XVIIIe siècle au centre de l’Arabie et qui est devenu la religion d’Etat de l’Arabie Saoudite depuis sa création en 1932.
Le wahhabisme est aujourd’hui l’une des formes les plus connues du salafisme.
Les courants salafistes ont en commun de se référer particulièrement aux écrits du théologien juriste hanbalite Ibn Taymiyya.
Né à Harran en 1263 et mort à Damas en 1328, Ibn Taymiyya est un auteur prolifique qui a marqué son temps par sa pensée originale et son activisme politique. Il est le promoteur d’un certain nombre de doctrines qui sont très répandues dans le salafisme aujourd’hui.

Pour parler de ce sujet, le Café d’Histoire d’Aix invite Nadjet ZOUGGAR, maître de conférence à l’université d’Aix-Marseille, à la brasserie « Les Deux Garçons », à 18 h 30, le mercredi 15 mai 2019.