Le café du mois

12 février 2020

Notre-Dame de Paris et les dilemmes du patrimoine : conserver ? restaurer ? transformer ?

Claude Massu
Professeur émérite d’histoire de l’art
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

L’incendie de la cathédrale de Notre-Dame de Paris, le 15 avril 2019, a fait surgir dans l’actualité pas seulement médiatique des questions qui se posent constamment à tous les spécialistes du patrimoine et qui concernent la vie d’un monument. Faut-il préserver un état historique de référence ? Y a-t-il d’ailleurs un état historique de référence ? Faut-il préserver les traces de passage du temps ? Les gommer ? Faut-il modifier, adapter, transformer ? Mettre au goût du jour ?

Le devenir de la cathédrale Notre-Dame est exemplaire car si elle est un bâtiment commencé au XIIe siècle, elle est aussi beaucoup une œuvre du XIXe siècle. L’intervention de l’architecte Viollet-le-Duc et les choix qu’il a opérés dans les années 1840-1860 ont ouvert un débat patrimonial qui l’opposait aux conceptions d’autres architectes et historiens d’art de son temps dont le Britannique John Ruskin. Les dilemmes présents dès cette époque jettent un éclairage complémentaire sur les enjeux de l’après 15 avril 2019 et la vie future de Notre-Dame.

Pour échanger sur le sujet, nous avons le plaisir d’accueillir un familier de notre Café d’Histoire : Claude Massu, professeur émérite d’histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.