Le café du mois

20 novembre 2019

La Tunisie, entre idées reçues
et complexité de l’histoire

Depuis 2011 et même depuis l’indépendance, la Tunisie a souvent fait la « Une » de l’actualité : réformes sociétales audacieuses à la fin des années 1950, pays d’où est parti le « printemps arabe », transition démocratique parfois chaotique mais pacifique à l’inverse des autres pays arabes ayant connu des soulèvements, processus électoraux globalement transparents où les Tunisiens et les Tunisiennes ont pu choisir librement leurs représentants depuis 2011, constituent à bien des égards une exception dans la région.

Mais ce petit pays connaît aussi d’immenses problèmes économiques et sociaux qui n’ont pas encore reçu de début de solution et qui ont des racines anciennes. Peut-on repérer dans la longue histoire des éléments d’explication de cette « singularité » tunisienne, de ce que d’aucuns appellent la « tunisianité » ?

On essaiera dans cette présentation de donner quelques clefs de lecture de la situation actuelle du pays en puisant des éléments d’analyse dans son passé ancien et dans son histoire récente.

Sophie Bessis est historienne et journaliste franco-tunisienne, spécialiste de l’Afrique subsaharienne et du Maghreb et des Femmes dans le monde arabe. Son dernier livre sur l’Histoire de la Tunisie, de Carthage à nos jours (Tallandier 2019) confronte l’histoire de la Tunisie contemporaine aux héritages de la longue durée.
Elle nous fait l’amitié de participer de nouveau à notre Café d’histoire, et de partager avec nous ses recherches d’historienne et ses observations de Tunisienne engagée dans la vie de son pays d’origine.